Le confinement autour du monde: une famille au Maroc

Nous vivons actuellement une situation sanitaire inédite qui a tendance à remettre en question notre façon de vivre. Ce confinement qui se prolonge nous oblige à nous arrêter sur nos pratiques et à nous demander si notre façon de voyager, mais également de vivre, est toujours appropriée. 

 

Ces deux prochaines semaines, à travers le récit de plusieurs familles confinées à travers le monde, nous découvrirons les pratiques d'autres pays qui vivent la même situation que nous, mais également les interrogations et les remises en question de ces familles.

 

Et nous commençons pas une famille de grands baroudeurs qui se trouvent actuellement au Maroc!

Pouvez vous vous présenter?

Coucou à tous! Nous c’est Adrien et Valérie. Avec nos enfants Valentine (10 ans) et Jules (8ans), nous sommes une famille nomade depuis le 25 septembre 2019, date de la vente de notre maison. Après quelques mois dans Marcel, notre camping car, nous l’avons revendu pour un 4x4 et une caravane, Marcelle (c’était notre idée de départ!). C’est plus fonctionnel pour nous. Nous pouvons sillonner en voiture les endroits autour de notre point de chute.

Depuis le 1er février 2020, nous sommes au Maroc, dans un camping au Nord d’Agadir, depuis lequel nous sillonnons partout dans le Maroc.   

Vous pouvez d'ailleurs retrouver nos aventures sur notre blog au fil du voyage

Quelles sont les mesures prises dans votre pays?

Nous sommes au camping Atlantica Beach à 27km d’Agadir. Depuis le 16 mars nous sommes confinés, les écoles sont fermées ainsi que les bars et les restaurants. Les sorties se font sur justificatifs, et les priorités sont le travail, la santé ou les courses. Les décisions ont été prises alors qu’il n’y avait que 8 cas de COVID-19 au Maroc. Depuis le 20 Mars il faut des autorisations particulières pour circuler. Nous n’avons en thérorie pas le droit d’être plus de 2 par véhicule. Depuis la fin du mois de Mars, le port du masque est obligatoire, même au volant. L’accès au plage est interdit.

 

Dans l’enceinte du camping nous ne portons pas de masque. Nous sommes avec les mêmes personnes depuis presque 6 semaines (environ 25 personnes). Nous gardons tout de même une distance sociale, et des mesures d’hygiène. Dans certains campings, le port du masque est obligatoire dès la sortie du camping car ou de la caravane car ils sont très nombreux, et un peu plus collés les uns aux autres.  Dans certains magasins le port des gants est proposé, et le caddie est désinfecté dès l’entrée dans le supermarché. Nous avons décidé de nous fournir uniquement dans les petites épiceries du village. Adrien et Valentine sont allés deux fois à Agadir au centre antirabique et en ont profité pour faire des courses. Au retour c'était douche, et lavage des vêtements.

Comment vivez vous cette période en famille?

Nous avons toujours été transparents avec nos enfants, et nous leur avons donc tout expliqué de cette pandémie. Nos journées sont rythmées entre l’école, des activités manuelles et sportives, des temps de repos. A part le manque de plage, de surf et d’escapades à droite à gauche ils vivent plutôt bien le confinement

 

Nous sommes loin d’être malheureux. Il fait beau, nous avons de l’espace pour être à extérieur, nous cotoyons des gens dans le camping... Nous ne regardons pas les infos. D’une part, nous n’avons pas la TV ( donc par choix) et d'autre part, parce que tout le monde ne parle que de la pandémie et nous trouvons cela anxiogene de ne vivre qu’à travers les médias. Après chaque allocution, chacun y va de sa théorie et du coup ça fait gamberger.

 

Les gens cherchent à rentrer en France mais cela coûte très cher. Le manque familial se fait ressentir, nos familles aimeraient bien nous voir rentrer.  Mais de mon côté (Valérie) ayant une maladie auto immune, il y a un sentiment de peur quand on évoque un retour possible en France. Dans la région d’Agadir, le nombre de cas est minime, je me sens en sécurité. En France c’est le flou complet. Pour surmonter ces difficultés nous faisons beaucoup de sport, du yoga, et on s’investit beaucoup avec nos enfants dans leurs activités

Cette crise a t'elle remis en question certains projets?

Pour le moment la crise remet en cause notre saison d’été, le fait de travailler. La France tourne au ralenti, il y a encore plein d’incertitude car nous ne pouvons pas nous projeter. Or, cet argent gagné pendant l’été devait nous permettre de continuer de voyager sans toucher à nos économies. De plus, dès octobre nous projetions de partir jusqu’en Grèce...  

Est-ce que vous tirez une leçon de cette crise?

Dans notre façon de vivre je pense qu’il n’y aura pas de changement. Cette crise nous conforte dans notre choix de vie. Par contre, côté voyage nous avons des envies d’Amériques, d’Asie, d’Europe. Nous allons réaliser ces voyages mais quand? Il faut être patient et attendre encore de voir l’évolution. 

 

Une leçon à tirer de cette crise selon nous: concentrons nous sur qui est vraiment primordial, et oublions le superflu!

 

 

Nous remercions chaleureusement Valérie et sa famille d'avoir partagé cette tranche de vie avec nous! N'hésitez pas à aller les retrouver sur leur site!

coucher de soleil à Agadir
coucher de soleil à Agadir

Vous avez aimé cette interview? Vous aimerez certainement celle-ci!